Le Sgen-CFDT demande des réformes plus ambitieuses

Déclaration préalable au Conseil départemental de l’Education Nationale des Deux-Sèvres (CDEN 79)

En cette période de reconstruction politique et de refondation de l’école, le Sgen-CFDT émet le vœu que le nouveau ministre s’appliquera à apporter de meilleures conditions de travail aux personnels de l’ Education, de la maternelle à l’université, pour construire enfin une école émancipatrice et réductrice des inégalités. Plusieurs mesures de la loi d’orientation de juillet 2013 se mettent en place et vont dans le sens souhaité par notre organisation.

  • Ainsi le retour à une véritable formation dans les ESPE créées à la rentrée et qui pour la première fois, associe les savoirs disciplinaires et la pratique professionnelle.
  • Ainsi la réforme des rythmes scolaires approuvée majoritairement par les écoles du département d’après notre enquête téléphonique sur la moitié des circonscriptions et malgré des difficultés dans la mise en place des APS et quelques réserves sur le pré-élémentaire. Ainsi le dispositif « plus de maîtres que de classes» salué par tous comme fondamental pour lutter contre l’ échec scolaire . Ainsi les moyens spécifiques mis sur l’ Education prioritaire avec notamment un nouveau mode de calcul de l’horaire d’enseignement pour dégager du temps de concertation.

Le Sgen-CFDT approuve aussi la réforme du statut des enseignants qui va permettre de mieux tenir compte de la réalité du terrain, des initiatives et des évolutions afin de reconnaître comme des missions à part entière de nombreuses actions actuellement faites le plus souvent bénévolement ou au mieux par des distributions aléatoires d’heures supplémentaires. Il faudra dans l’avenir aller vers une prise en compte globale des missions des enseignants avec le service « Toutes Tâches Comprises » revendiqué depuis longtemps par le Sgen-CFDT. Mais, nous nous inquiétons des moyens alloués.

Une bonne partie des postes créés cette année a été absorbée par le temps de formation des nouveaux collègues, formation nécessaire et qui aura des conséquences positives dans quelques années. Mais, cela limite les moyens pour d’autres actions. Le dispositif « + de maîtres que de classes » s’est réduit cette année dans les Deux-Sèvres avec quatre fois moins de moyens. A ce rythme, que deviendra-t-il l’année prochaine ? Cette année, il n’y a pas eu de postes pour la scolarisation des – de 3 ans. Il aurait fallu évaluer le dispositif avant de le remettre en cause. Beaucoup de classes vont se retrouver surchargées à cause des fermetures ou de l’impossibilité de faire suffisamment d’ouvertures : 23 fermetures étudiées ce soir contre seulement 12 ouvertures. Cette surcharge en effectifs et l’incapacité d’accueillir les TPS dans beaucoup d’écoles augmentent le risque de fuites vers le privé. Dans le second degré, un collège sur sept se retrouve avec des classes de 6ème à 28 et plus, les autres niveaux atteignant parfois les 29-30 par classe. La réduction des moyens alloués aux TICE inquiète aussi alors que celles-ci devraient être au cœur de l’enseignement conformément à la loi Peillon.

On sent aussi un certain découragement lié à l’absence d’amélioration des conditions de travail et de rémunération voire parfois à des dégradations importantes. Ainsi des collègues font remarquer l’absence de remboursement de frais pour les réunions comme la mise en place de la liaison école-collège, le coût supplémentaire de la semaine de 4 jours ½ ( frais de garde, trajet en plus,…) alors que depuis 2010 le point d’indice est gelé et que le coût de la vie n’a cessé d’augmenter. Le Sgen-CFDT n’acceptera pas une 5e année du gel ni un éventuel recours à des personnels précaires pour tenir l’engagement des 60000 postes supplémentaires. Des situations de stress toujours plus nombreuses apparaissent.

Le Sgen-CFDT rappelle enfin son action pour une égalité de traitement entre les professeurs des écoles et les autres personnels. Nous sommes encore loin de l’égalité dans le système indemnitaire malgré l’apparition récente de l’indemnité de suivi. Il y a une forte différence dans l’accès à la hors-classe au détriment du 1er degré. Enfin, pourquoi persister à empêcher les professeurs des écoles à terminer une année scolaire pour faire valoir leurs droits à la retraite alors que les autres fonctionnaires partent en cours d’année ?

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com