Evolution du remplacement dans le 1er degré (Deux-Sèvres)

Compte-rendu du groupe de travail du comité technique départemental du 24 mars 2015 sur le remplacement dans le 1er degré

En préambule, le DASEN 79, Philippe Tiquet et son adjoint Emmanuel Rouette nous rappellent la philosophie de ce comité technique : il s’agit de faire au mieux avec un contexte difficile, il ne s’agit pas de mesures comptables… Il n’y aura pas de miracles. Seules la moitié des circonscriptions (Thouars, Saint Maixent/Niort, Parthenay, Bressuire ) sont concernées par cette expérience qui sera confirmée l’année prochaine après évaluation du dispositif et étendue alors au reste du département.

Le fait qu’à chaque changement de nature un congé appelle un type de remplacement différent nuit au fonctionnement des équipes. Un collègue qui bénéficie d’un congé pathologique avant sa grossesse, puis d’un congé maternité puis d’un congé parental devrait être, avec le système actuel, remplacé par trois personnes différentes.

Le but de la transformation de l’étiquetage des postes est de revoir les attributions des remplaçants pour permettre plus de fluidité. Cela se base sur les courriers reçus et les demandes des parents d’élèves et des équipes pédagogiques.

Déjà les frontières entre Brigade et ZIL, dans la gestion quotidienne était plutôt fluctuantes…

Les collègues ZIL qui ne souhaitent pas devenir Brigades l’année prochaine malgré les garanties apportées par le DASEN pourront participer au mouvement avec un bonus de 15 points.

Le remplacement dans l’ASH est lui aussi problématique depuis la disparition de l’étiquetage des postes, de part la particularité des horaires ( horaires de nuit à l’EREA, horaires particuliers en SEGPA…) et la nécessaire formation des enseignants concernés qui ne sont pas toujours disponibles car appelés sur des remplacements conventionnels. Cela pose problème.

On peut aussi se poser la question de la formation continue qui a été entérinée par la disparition des brigades spécialisées. Les quelques journées récupérées par les personnes devant des heures lors de leur service à temps partiels ne couvrent pas les besoins départementaux.

Le Sgen-CFDT a obtenu des garanties : l’appellation Brigade Départementale ne signifie pas que la zone est étendue au département, elle restera définie par des critères de proximité géographique à l’école de rattachement, voire du domicile à cause de l’infrastructure routière du département. L’administration connaît les risques liés à un trop grand nombre de kilomètres à parcourir.

Le Sgen-CFDT a demandé également que soient connues les préférences des collègues, préférences dont les gestionnaires seront informés et essaieront de tenir compte quand cela sera possible (préférence congé long / congé court ou maternelle / élémentaire ou encore possibilité d’évoluer dans l’ASH).

Pour le Sgen-CFDT, si les mesures proposées sont pragmatiques, elles ne suffiront pas à pallier les manques d’une situation de pénurie qui met la sécurité des élèves et la continuité de service à mal à chaque épidémie. La répartition des élèves dans les autres classes perturbe le fonctionnement de toute une école. Il faut absolument y remédier.

Vote du CTSD sur cette nouvelle mesure :
contre : 7 (FO, SnuIPP)
abstention : 3 (SE-Unsa, Sgen-CFDT)

Pour information la liaison Collège-Ecole sera maintenue l’année prochaine car elle apparaît essentielle.

Mathilde Micard, pour le Sgen-CFDT Poitou Charentes

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com