Exigeons les moyens nécessaires à la réussite de la réforme

Le Sgen-CFDT a choisi de donner sa chance à la réforme du collège, bien qu’elle ne réponde pas à l’ensemble de nos préoccupations et bien que beaucoup reste à faire. Il n’a de cesse d’exiger que les conditions de sa mise en œuvre soient effectivement réunies.

Version téléchargeable de nos propositions et du compte-rendu de l’audience ici : Audience 21 mai 2015

En effet, il n’est pas question que les équipes portent seules cette réforme à bout de bras. Sans prise en compte du travail nécessaire pour faire évoluer le collège et permettre à chaque élève d’acquérir le socle commun, cette réforme est vouée à un échec programmé.

Aussi, il est indispensable que chacun apporte sa pierre à l’édifice d’un collège unique mais adapté à chacun :

– le ministère doit comprendre que sans moyens de concertation et de formation supplémentaires, les personnels risquent de se trouver en difficulté en terme de conditions de travail ;

– le rectorat doit accorder toute la souplesse, la bienveillance et l’accompagnement indispensables à un travail collectif, dans la confiance et la sérénité et garantir la mixité sociale dans les établissements scolaires ;

– les cadres intermédiaires (inspecteurs pédagogiques et chefs d’établissement notamment) doivent s’impliquer en valorisant et en soutenant les équipes dans leur démarche de construction de projet ;

– les parents d’élèves doivent accepter que les établissements dégagent des temps de concertation pour que la réforme porte véritablement ses fruits ;

– les personnels doivent s’emparer des principes pédagogiques de la réforme, de l’autonomie qui leur est enfin laissée pour donner davantage de sens à leur pratique professionnelle et par là, finalement, contribuer à l’amélioration de leurs conditions de travail.

Pas conséquent, reçu en audience au rectorat ce jour, jeudi 21 mai 2015, le Sgen-CFDT Poitou-Charentes a porté la voix des collègues qui souhaitent une véritable réforme du collège, et exigé que les moyens soient à la hauteur des ambitions affichées par le ministère.

Audience constructive, les propositions portées ont été entendues et comprises pour la plupart d’entre elles. Plusieurs annonces vont dans le bon sens, en terme de formation notamment, et les groupes de travail académiques obtenus devraient permettre, s’ils se mettent en place dans les faits, de faire remonter les besoins des personnels et d’orienter les choix académiques en ce qui concerne la gestion des personnels enseignants, l’affectation des moyens budgétaires et la mixité sociale.

Cependant, au-delà d’un dialogue constructif et qui démontre une attention certaine aux préoccupations des personnels, aucun engagement n’a été pris et beaucoup de questions restent en suspens. Le Sgen-CFDT Poitou-Charentes restera vigilant et exigeant dans les mois à venir, il rappellera l’administration aux engagements pris et n’exclut pas de mener des actions locales ou d’appeler à des actions nationales pour exiger les moyens nécessaires à la réussite de cette réforme.

Ci-dessous le compte-rendu détaillé de l’audience.


 Consultation sur les programmes

Permettre aux établissements d’organiser une journée de concertation avant le 12 juin, avec pour objectif de produire des contributions collectives sur les projets présentés et de faire des propositions pour combler les manques

→ chacun peut s’exprimer via la consultation en ligne

→ proposition d’un temps de travail collectif entendue, demande sera transmise au cabinet sur ce point car la décision ne peut pas se prendre au niveau académique


Concertation préalable à la mise en œuvre de la réforme

Sur l’année 2015-2016, temps de concertation longs (six jours dans l’année) pour que les équipes puissent se saisir des modalités de la réforme, construire un projet cohérent et préparer la mise en place : élaboration de l’offre de formation, construction des enseignements interdisciplinaires, contenus et modalités de l’accompagnement personnalisé, réflexion sur les répartitions de service et les postes…

  • deux jours en octobre / novembre pour construire une structure pédagogique avec le projet d’établissement : nombre et parcours d’EPI, répartition par niveau entre accompagnement personnalisé et EPI, enseignements de compléments à demander / conserver, préparation du dialogue de gestion ;
  • deux jours en janvier / février pour déterminer les binômes ou trinômes d’EPI, préparer les TRMD, demander les ouvertures de postes et les BMP, envisager les scenarii de mise en oeuvre des enseignements complémentaires (choix entre semaines interdisciplinaires ou EPI semestriels par exemple, accompagnement personnalisé…)
  • deux jours en fin d’année pour décider définitivement des mises en oeuvre, valider le calendrier annuel, intégrer les futurs collègues après les affectations, etc.

(toute la communauté éducative peut être associée dans cette phase préparatoire)

→ proposition entendue mais aucun engagement pris sur ces temps de concertation

→ annonce de cinq journées de formation prévues selon les axes suivants :

– entrée interdisciplinaire (EPI)
– différenciation pédagogique
– usages du numérique
– entrée disciplinaire et programmes

→ dialogue nécessaire avec les personnels enseignants, mais aussi les chefs d’établissements, et les parents d’élèves

→ les réseaux Eclore sont des espaces intéressants pour assurer les liaisons école / collège et construire des projets (cycle 3 en particulier)


Formation des personnels

Donner la priorité aux échanges de pratiques, aux transferts d’expérience et à la construction de projets d’équipes plutôt qu’à une formation exclusivement par la voie hiérarchique

Augmenter sensiblement le budget de formation continue dès 2015-2016 pour permettre l’accompagnement de la réforme du collège sans rogner sur les autres besoins de formation

Utiliser le levier de la formation initiale pour que tous les personnels (enseignants, vie scolaire, personnels d’encadrement, orientation) entrant dans le métier connaissent les modalités et les enjeux de la réforme, des nouveaux programmes, du nouveau socle : travail interdisciplinaire et accompagnement de l’élève, pédagogie de projet, différenciation pédagogique…

→ plan de formation prévu par le ministère pour les personnels de direction et d’inspection

→ le rectorat est sensible à cette question de la formation initiale et continue, une réunion avec les formateurs académiques a eu lieu, objectif d’aller par vagues de formation successives au plus près des personnels

→ inquiétude entendue sur le risque d’une formation trop descendante et formatée, reconnaissance nécessaire des pratiques intéressantes qui ont déjà été instaurées dans l’académie où beaucoup de choses se font sans avoir attendu la réforme


Postes et conditions de travail

Préserver les postes fragilisés du fait des évolutions horaires par des mesures adaptées aux situations locales :

  • éviter les compléments de service pour de petites quotités horaires
  • étudier les demandes de bivalences ponctuelles à titre dérogatoire

Dégager du temps pour travailler en équipe sans s’épuiser

  • privilégier les heures-postes aux heures supplémentaires
  • dégager des temps de concertation inclus dans le service (décharges de service)
  • reconnaître les missions de coordination de l’accompagnement personnalisé (décharges de service)
  • permettre aux équipes de se concerter au lancement des enseignements complémentaires (EPI et AP) avant de prendre en charge les élèves

Mettre en place un groupe de travail annuel académique sur les critères d’attribution des enveloppes pour missions particulières (décharges et indemnités) en fonction du projet académique et des besoins identifiés dans les établissements

Mettre en place un groupe de travail académique sur la prise en compte des compétences et des contraintes des enseignants remplaçants (titulaires et contractuels) et sur leur intégration dans le collectif de travail (temps d’accueil…)

Favoriser une évaluation bienveillante et transparente des personnels, sans chercher à transposer des modèles existants ni entrer dans une logique d’efficacité immédiate :

  • clarifier les critères d’évaluation dans le cadre des inspections pédagogiques individuelles
  • reconnaître le droit à l’erreur, notamment dans la période de mise en œuvre de la réforme afin de favoriser l’évolution des pratiques et l’expérimentation pédagogique au bénéfice des élèves

→ pour ce qui concerne la transformation des indemnités en décharge, il peut y avoir discussion quand il y a des ressources en enseignants, mais dans les disciplines déficitaires, cela ne sera pas envisageable

→ examen bienveillant de demandes de bivalences ponctuelles et volontaires quand il s’agira de stabiliser les postes, mais il faut que les inspections pédagogiques évoluent sur ce point car ce sont elles qui bloquent plus que l’administration

→ accord pour un groupe de travail sur les missions complémentaires pour assurer la transparence (IMP)

→ accord pour un groupe de travail sur les questions liées au remplacement dans l’académie (accueil des personnels, temps d’adaptation…)

→ échange autour des inspections individuelles, reconnaissance qu’une réflexion sur les critères d’évaluation est nécessaire et que l’harmonisation entre disciplines est à améliorer


Carte scolaire

Ouvrir les discussions rapidement sur la carte scolaire afin de garantir une véritable mixité sociale dans les établissements de l’académie

Encourager la diversité linguistique sur l’ensemble du territoire

→ le groupe de travail annoncé en comité technique académique se mettra en place quand tous les acteurs (collectivités locales) seront prêts

→ il est indispensable de réfléchir à la situation des établissements isolés, aussi bien en terme d’offre de formation des élèves que d’affectation des personnels (difficulté à pourvoir certains postes, compléments de service pour quelques heures…)


Langues vivantes

Mettre en œuvre une politique volontariste de diversification linguistique à l’école primaire en cycles 2 et 3 afin de limiter la prédominance de l’anglais en première langue

Mettre en place des projets pédagogiques au cycle 3 pour favoriser la diversité dans le choix de la seconde langue, par exemple en permettant aux enseignants de collège d’intervenir dans les écoles du réseau Eclore de leur établissement sur des temps comptabilisés dans leur service

→ échecs déjà constatés sur la diversification en première langue

→ nécessité d’une concertation sur la carte des langues, avis favorable à l’émergence de projets locaux autour de la diversification linguistique mais pas possible de proposer toutes les langues partout dans l’académie

→ intérêt pour la proposition faite sur la construction de projets autour de l’allemand ou l’italien au cycle 3 afin d’alimenter le recrutement en LV2

→ crainte que la demande des familles ne soit pas au rendez-vous pour l’allemand qui est en perte de vitesse malgré tous les efforts des enseignants, qui sont reconnus

→ chiffres concernant les classes bilangues dans l’académie : elles concernent 16 % des élèves, et parmi ces élèves 25 % sont issus de CSP défavorisées


Dispositifs spécifiques

Prépas-pros
Maintenir les dotations existantes dans les lycées, et le cas échéant attribuer une dotation spécifique clairement fléchée et à hauteur des besoins pour les prépas-pros qui seraient créées en collège

SEGPA
Engager une réflexion pour aboutir à un dispositif qui favorise l’inclusion des élèves et une meilleure reconnaissance des personnels

Classes à horaires aménagés et sections sportives
Question sur leur devenir dans le cadre de la réforme

→ prépas-pros : un texte est prévu au BO prochainement, pas d’autre information

→ SEGPA : structures et dotations maintenues, question de la cohérence avec les cycles mis en place, réflexion sur l’inclusion des élèves, pas de calendrier annoncé pour des conclusions du groupe de travail ministériel sur ce sujet

→ sections sportives et classes à horaires aménagés : enseignements obligatoires communs avec tous les autres collégiens, option sportive ou artistique en plus dans l’emploi du temps

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com