Réforme du socle : état des lieux et proposition d’action syndicale

Lancer une alerte sociale portant sur les conditions de mise en oeuvre de la réforme du socle en novembre dernier c’était, pour nous, tirer un signal d’alarme : cette réforme ne pourra pas se mettre en place de manière durable si les personnels ne sont pas soutenus. Or, ils font remonter, pour une bonne part, un sentiment d’épuisement lié à la charge de travail d’une part et à des pilotages pas toujours pertinents de leur travail d’autre part.

Lancer une alerte, tirer un signal d’alarme se fait en situation d’urgence. Les mots ont un sens. Urgent signifie « dont on doit s’occuper sans retard, qui ne peut être différé ». Alors à défaut d’avoir eu un cadeau sous le sapin, nous attendions avec une grande impatience les étrennes en janvier…

#AlerteSocialeSocle : pas de cadeau sous le sapin, des étrennes à la rentrée ?

Pourquoi ce fol espoir ? Parce que nous avons obtenu que se tienne enfin, le 18 janvier 2017, un comité de suivi de la réforme. Le dernier avait eu lieu… en novembre 2015.

Ce qu’a dit le Sgen-CFDT en préambule du comité de suivi

  • il s’agit plus une réunion de bilan qu’un comité de suivi, lequel aurait dû se réunir bien en amont et à plusieurs reprises, comme nous n’avons cessé de le demander pour pouvoir faire des points d’étape et pouvoir mieux accompagner les personnels, d’enseignement mais aussi d’éducation, d’encadrement et d’inspection
  • le comité de pilotage académique d’une part et l’observatoire composé de personnels de direction et d’inspection d’autre part sont des outils intéressants mais il ne permettent pas d’entendre dans quelles conditions travaillent les personnels au quotidien et d’anticiper les besoins des équipes puisque seul le point de vue (légitime mais pas omniscient) des personnels d’encadrement est entendu
  • l’ordre du jour et le temps accordé à cette réunion sont en décalage complet avec les attentes des personnels sur le terrain, puisque nous allons découvrir en séance les résultats d’une enquête qui date du mois d’octobre et qui aurait pou nous être communiquées en amont, et il restera peu de temps pour le débat et les propositions
  • suite à l’alerte sociale lancée au mois de novembre et aux discussions qui s’en sont suivies, nous attendons des annonces concrètes, en particulier les crédits-concertation nécessaires afin de pouvoir anticiper les échéances de fin d’année et préparer la rentrée prochaine il est temps de nous entendre, sans quoi nous prendrons nos responsabilités en tant qu’organisation syndicale pour protéger la santé des personnels

Lors de ce comité de suivi étaient présent·es M. Bourget, DASEN de la Charente, coordonnateur académique de la mise en œuvre de la réforme,M. Marchive, doyen des IA-IPR, Mme Vinel, IA/IPR chargée de la formation continue, des personnels de direction et des inspecteurs, des représentant·es des parents d’élèves, des représentant·es des personnels.

Malheureusement, Mme la Rectrice n’a pas accordé beaucoup de temps à ces échanges. Etant appelée ailleurs, elle a introduit la réunion par des propos assez généraux et écouté les déclarations liminaires de la FSU et du Sgen-CFDT, sans répondre aux remarques et aux demandes formulées et en campant sur son impression d’avoir eu toutes les remontées nécessaires pour bien comprendre.

Ce qu’il y a à retenir de cette réunion au regard des revendications portées dans notre alerte sociale

– LA FORMATION

🙁 Pas de réponse concrète au sujet de la reconnaissance de tous les temps de formation ni de la nécessité de mieux les répartir dans l’année. Concernant les formateurs, leur propre formation, les possibilités de VAE… aucune annonce non plus.

😐 Les organisations syndicales seront associées à la réflexion sur le futur plan académique de formation (PAF) et celui-ci devra s’attacher à soutenir et accompagner les personnels dans la poursuite de la mise en œuvre de la réforme. La nécessité du lien le 1er et le 2nd degré à travers des propositions sur le cycle 3 est affirmée. Une porte semble également ouverte sur la charte des formateurs, qui devrait être discutée.

– EVALUATION DES ELEVES ET LSU

🙁 Malgré les efforts faits par le comite de pilotage académique pour essayer de cadrer et de fournir des contenus, trop de formations d’établissements ou de réseaux mal calibrées, inutiles voire déroutantes puisque montrant clairement que le sujet n’est pas suffisamment maîtrisé par notre institution.

🙁 Pas de moratoire pour l’utilisation de l’application LSU, ni même d’aménagement de calendrier puisque « les efforts ont été faits pour l’installer et que l’outil est amélioré à chaque version ».

🙁 Pas d’annonce de crédit-concertation pour réfléchir aux modalités d’évaluation d’une part, ni au remplissage des bulletins d’autre part.

😐 Conscience que la question de l’évaluation n’a pas été pleinement traitée encore, et que c’est un chantier qui doit être poursuivi.

😀 Annonce ministérielle du report du positionnement en langue vivante (1er degré) à l’an prochain, à la demande, notamment, de l’Académie de Poitiers.

– ENQUÊTE SOCIALE SUR LA SANTÉ DES PERSONNELS

🙁 Pas d’annonce.

😀 La FCPE constate l’engagement et la fatigue des personnels, et demande à ce que ce soit entendu et pris en compte dans l’organisation du travail, indiquant qu’elle soutient les demandes du Sgen-CFDT concernant des temps de concertation à condition qu’ils soient anticipés et que la question de l’accueil des élèves soit posée.

– LE SOUTIEN ET LA BIENVEILLANCE DE L’INSTITUTION À L’ÉGARD DES PERSONNELS AINSI QUE LA RECONNAISSANCE DU TRAVAIL ACCOMPLI

😐 Les IA, IPR, DASEN ont annoncé l’arrivée prochaine de propositions d’accompagnement sur l’évaluation, recommandations pour l’oral du DNB et rappelé l’existence de supports (captations vidéos de conférences par exemple) ayant vocation à être diffusés et exploités en équipe…

😐 La lourdeur du travail nécessaire pour la mise en œuvre des nouveaux programmes et des nouveaux dispositifs introduits par la réforme est unanimement reconnue.

😀 Les vœux de la rectrice adressés aux personnels via le site académique ont été repris et effectivement, ces mots vont dans le sens de ce que nous attendions et avions demandé lors de nos deux entrevues au rectorat fin 2016 dans le cadre de l’alerte sociale.

😀 La FCPE exprime sa solidarité et son soutien aux acteurs de la réforme, reconnaissant le travail effectué aussi bien envers les élèves que dans l’information des familles.

Paroles, paroles, paroles

Alors que les parents expriment la nécessité de donner des moyens aux acteurs de la réforme, que les mots de reconnaissance du travail accompli sont dits et qu’il est aussi fait constat de tout ce qui reste à mettre en œuvre, comme par exemple des « plans de formation explicites » pour l’accompagnement personnalisé et les parcours, une véritable réflexion sur l’évaluation des élèves ou encore des manières de travailler plus collaboratives, aucune annonce concernant la mise en œuvre de temps de concertation n’a été faite.

Des choix, des actes !!!

Se contenter de dresser un bilan quand des décisions sont attendues, dire aux personnels qu’on les soutient, louer leur conscience professionnelle mais ne compter que sur celle-ci et ne pas leur donner les moyens de faire correctement leur travail ne peut-être qu’une vision à court terme de la part de notre administration. Pendant ce temps, sur le terrain, les collègues les plus investi·es souffrent, parfois en silence, alors même qu’ils·elles souhaiteraient très simplement bien faire ce qui leur est demandé.

Alors, oui, nous continuons de soutenir la mise en œuvre de cette réforme du socle pour construire une école que nous voulons plus égalitaire mais nous chercherons encore à obtenir pour que cela puisse se faire, se faire bien et ne pas se faire au détriment de la santé des personnels.

Nous n’avons pas de baguette magique mais nous allons continuer notre travail syndical de défense des conditions de travail des personnels engagés dans cette réforme.

Aussi nous proposons aux équipes qui le souhaitent des journées de formation syndicale afin de libérer du temps pour travailler ensemble sur les sujets qui les préoccupent autour de l’accompagnement personnalisé, de l’évaluation, du travail interdisciplinaire ou des parcours, par exemple.

Contactez nos équipes si vous voulez bénéficier de ce dispositif pour que nous vous aidions dans les démarches administratives et dans la conception d’une telle journée !!!

➡ : poitou-charentes [arrobase] sgen.cfdt.fr

 

 

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com