Déclaration préalable au CDEN79 (06/09/2017)

Mme le Préfet,

Mme la Vice-Présidente du Conseil départemental,

M le DASEN,

Ce CDEN se réunit pour acter définitivement les moyens de l’année scolaire 2017-2018. Conformément à vos engagements, M le DASEN, aucune fermeture n’a été prononcée en septembre et le Sgen-CFDT prend acte des ouvertures confirmées même si certaines écoles vont devoir fonctionner avec des effectifs trop élevés ( ex : St Rémy avec 27/classe, RPI de Chef Boutonne avec 26/classe…), ce qui limitera l’individualisation et l’inclusion quand elles ont une ULIS. Les efforts portés sur le remplacement sont notables mais restent insuffisants comme la période novembre-avril le montrera probablement. Pourquoi ne pas avoir utilisé tous les effectifs de la liste complémentaire ? Le recours à des contractuels en cours d’année posera le problème de la formation.

Concernant les élèves en situation de handicap, le Sgen-CFDT déplore l’arrêt de nombreux contrats aidés par le gouvernement. Les emplois engendrés ont montré leur nécessité pour l’application de la loi de 2005 et le précédent gouvernement, même si cela n’allait pas assez vite à notre goût, avait commencé à les cdiser et à mettre en place un diplôme. Ces remarques sur l’ ASH concernent aussi les autres missions des contrats aidés : aide à la direction d’école qui a depuis longtemps quasi-disparue dans le 79, aide à la surveillance et à l’accueil dans le 1er et le 2nd degré…Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer ne précise pas qui aidera les autres personnels à effectuer ces missions.Le Sgen-CFDT dénonce par ailleurs la violence faite aux personnes sous contrat aidé qui ont vu remise en cause leur situation à quelques jours de la rentrée. Il demande que l’ensemble des missions d’accompagnement des élèves et de la direction d’école soient reconnues et que cela se traduise par des emplois pérennes assortis d’une formation de qualité. Le Sgen-CFDT rappelle sa revendication de titularisation sans concours des personnels contractuels exerçant des missions de service public reconnues et durables.

Le Sgen-CFDT s’interroge aussi sur d’une part, le discours qui met en avant la confiance, l’autonomie accordée aux collègues, aux équipes de cycle  dans leurs choix pédagogiques et le fait d’imposer d’en haut des évaluations en CP et 6ème. Les professeur.e.s dans le premier comme dans le second degré savent organiser en début d’année des activités leur permettant d’apprécier où en sont leurs élèves dans leurs apprentissages. S’il faut mieux organiser ce moment de l’année, invitons les équipes à se saisir de cette problématique dans les écoles et établissements par un travail collectif. C’est ainsi que l’on incarne mieux la confiance faite aux personnels, qu’on leur reconnaît leur expertise, leur responsabilité et donc leur liberté d’ajuster leurs gestes professionnels pour permettre aux élèves de réussir dans leurs apprentissages à l’échelle du cycle.

Le Sgen-CFDT défend aussi le dispositif PDMQDC, remis en cause pour répondre à la promesse électorale de diviser le nombre d’élèves en CP par deux en REP. Si les Deux-Sèvres ne sont pas concernées cette rentrée, n’ayant pas de REP+, nous serons vigilants pour que, l’année prochaine quand la situation des REP sera examinée, on ne prenne pas des moyens au dispositif PDMQDC.

Enfin, le Sgen-CFDT rappelle son attachement au PPCR, fruit de longues négociations entre les organisations syndicales de la fonction publique et l’ Etat permettant d’ envisager des revalorisations de carrière et une meilleure prise en compte de l’allongement de la durée d’années de cotisation par la mise en place d’un nouveau grade. Si le PPCR ne semble pas remis en cause contrairement à certains discours, il ne faudrait pas le vider de son intérêt par des mesures telles que des gels répétés du point d’indice, des restrictions fortes à l’entrée dans la classe exceptionnelle…

 

 

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com