Une rentrée insatisfaisante… à bien des égards

Lettre de rentrée du Sgen-CFDT Poitou-Charentes

Ce début d’année scolaire est placé sous le signe de la vigilance pour le Sgen-CFDT Poitou-Charentes, inquiet des divers signaux émis par le gouvernement.

Version imprimable : LettreRentree2017

Réforme du Code du Travail par ordonnances

Même si ce point particulier ne concerne pas directement la majorité de nos adhérents·es, la manière de faire du gouvernement et les évolutions induites par ces ordonnances nous inquiètent : à tous points de vue, c’est une fragilisation du dialogue social dans l’entreprise qui est En Marche, ce que nous ne pouvons que déplorer.

La CFDT a choisi de ne pas se joindre au mouvement de grève du 12 septembre, ce qui a pu susciter des interrogations d’une partie de nos adhérents·es, interrogations que nous comprenons, mais cette position est tout de même cohérente : il s’agissait d’un appel unilatéral d’un syndicat, déposé en juin avant même la phase de concertation. 

La CFDT a préféré investir pleinement les instances de discussion et obtenir quelques avancées. Le résultat n’est certes pas à la hauteur des attentes, mais comme le répète Laurent Berger il faut « cesser de considérer que l’action sociale n’a de sens que si on manifeste ».

L’objectif de la CFDT reste plus que jamais de peser sur les acteurs du monde du travail en cherchant à faire évoluer encore les décrets et en étant actif dans les entreprises, directement auprès des salarié·es.

Attaques contre les fonctionnaires

Pour les Fonctions publiques, les annonces n’ont pas tardé à tomber après les élections : nouveau gel du point d’indice, retour de la journée de carence, remise en cause du calendrier de mise en œuvre de PPCR et, cerise sur le gâteau, une perte de salaire puisque les fonctionnaires ne verront pas de compensation à la hausse de la CSG… Certain·es enseignant·es (et seulement eux) pourront compenser cette baisse en faisant des heures supplémentaires dans le cadre du dispositif Devoirs faits : en bref, travailler plus pour ne pas gagner moins… 

Ces attaques qui sous-entendent que les fonctionnaires sont des privilégiés sur lesquels on peut récupérer sans problème l’argent donné en cadeau à d’autres ne visent qu’à diviser encore un peu plus la société et ne sont absolument pas acceptables. Nous serons vigilants et agirons dans les instances pour rappeler au respect des engagements pris et nous nous joignons à l’action lancée par la CFDT Fonctions Publiques en invitant nos adhérent·es à signer la carte pétition (accessible sur le site uffa.cfdt.fr) qui rappelle à Emmanuel Macron sa lettre aux agents publics pendant la campagne électorale.

Remise en cause brutale des réformes engagées dans le cadre de la Loi de Refondation

Si les ministères de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et de l’Innovation et le ministère des Sports dont dépendent nos adhérents·es sont placés assez loin dans la hiérarchie du gouvernement Philippe, l’Education nationale est quasiment chaque jour au cœur de l’actualité en raison de l’hyperactivité médiatique de son ministre Jean-Michel Blanquer. 

Les premiers signaux sont arrivés très rapidement : détricotage dès juin et sans aucune concertation ni évaluation des réformes engagées ces dernières années : réforme des rythmes, réforme du collège… 

Depuis, les annonces et phrases à l’emporte-pièce se sont multipliées, allant de celles pourfendant « l’égalitarisme » aux dernières sorties concernant l’apprentissage des quatre opérations dès le CP-CE1 ou l’étude de la littérature dans un ordre chronologique. Le ministre qui disait qu’il n’aurait pas de réforme à son nom est pourtant bel et bien en train d’édicter des nouveaux programmes sans aucun dialogue avec les instances !!!

Ces annonces nous inquiètent réellement et nous amènent à une grande vigilance. Il faudra être très attentif·ves, présent·es et actif·ves dans toutes les instances où nous siégeons afin de préserver ce qui est au cœur de nos convictions pour l’école. 

Au-delà des effets concrets et directs, cela a aussi pour conséquence de décourager toutes celles et tous ceux qui s’étaient investis dans ces transformations et de laisser penser à qui ne veut pas voir l’école évoluer que ne pas mettre en œuvre les nouveautés demandées pouvait avoir été une bonne stratégie. 

Un syndicalisme vigilant et déterminé

Le Sgen-CFDT Poitou Charentes, syndicat progressiste, voit en tout cela un retour en arrière néfaste en particulier pour la lutte contre les inégalités sociales mais aussi pour le dialogue social… et nous revoilà au premier signal évoqué ici : un gouvernement qui décide seul, sans évaluer ce qui existe, sans concerter.

Pour toutes ces raisons, le Sgen-CFDT Poitou-Charentes exprime en cette rentrée une vive insatisfaction. Comme la CFDT, nous resterons très vigilant·es et, tout en continuant à privilégier l’action de terrain et le dialogue, nous ne renonçons à aucun moyen d’action pour les semaines et mois à venir.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com