Conseil départemental de formation (Deux-Sèvres)

Le 19 octobre, l’administration a présenté son plan de formation aux représentants du personnel.

Il y aura des efforts supplémentaires malgré le problème des épidémies l’hiver.

Un bilan sera fait en mai 2018.

Il faut combiner les consignes et besoins ministériels, académiques et départementaux ; prendre en compte les moyens de remplacement, les collègues ne partant pas s’ils ne sont pas remplacés.

L’accent est mis sur les rentrants dans le métier avec un maximum de ponts ente l’ ESPE et la formation continue.

La directrice de l’ ESPE insiste sur la pré-professionnalisation dès la Licence 3 voire avant donc, il y a plus que les deux années de formations en master. La nouvelle maquette de formation sera votée au conseil d’école de l’ESPE le 3 février.

CANOPE intègre ses formations dans ce plan.

Pour les détails, voir le diaporama joint.

présentation du plan de formation

Le Sgen-CFDT est intervenu pour/sur :

  • avoir une meilleure connaissance des allophones ( lieux d’installation, besoin en enseignants et spécifiques…). L’administration répond que c’est très difficile car la population bouge beaucoup en fonction des décisions administratives et il ne faut pas stigmatiser les écoles. Mais, elle s’engage à présenter les structures existantes.

  • l’alternance des stagiaires Professeurs des écoles. Après consultation de ceux-ci, il apparaît qu’ils préfèrent alterner une semaine formation/une semaine en école plutôt que de couper la semaine en deux.Il faudrait aussi faire un bilan de l’alternance deux semaines à l’ESPE/ deux semaines en école car, certains l’appréhendent. La directrice de l’ESPE prend note des remarques et s’engage à faire des points réguliers. Elle évoque aussi l’importance de la progressivité dans la formation.

  • l’accessibilité et la complexité de GAIA pour le 1er degré : intitulés hermétiques, référencement complexe… Beaucoup de collègues ne s’y retrouvent pas. L’administration reconnaît qu’il y a encore beaucoup à faire et que GAIA est plus performant pour le 2nde degré pour lequel, il était conçu initialement. Un point sera fait à la réunion bilan de mai 2018.

  • évoquer le problème des détachés d’un autre ministère. Même si cela concerne peut de monde, il est dommage que ceux souhaitant un détachement comme PE n’aient pas des temps d’immersion en amont pour mieux se rendre compte de la réalité du métier. Cela éviterait des démissions et des mal-être. L’administration est consciente du problème et a prévu des temps d’observation.

  • permettre aux PE de maternelle d’avoir accès aux formations numériques. Ils ont besoin d’utiliser des tablettes, certains logiciels… L’administration répond que des animations pédagogiques vont se faire sur une circonscription-test pour le cycle 1 puis qu’elles seront généralisées aux autres circonscriptions.

  • former plus au travail en équipes avec l’outil numérique (ex : Framapad, les clouds…). L’administration signale que c’est aux collègues de faire les demandes de formation, pas aux écoles.

  • évoquer le problème des liaisons écoles-collège qui se faisaient sur certains réseaux pendant le temps scolaire, le mercredi matin avec remplacement par le reliquat des temps partiels à 80%. L’administration assume qu’elle ne l’acceptera plus . Le Sgen demande donc des HSE pour les collègues du 1er degré mais depuis la rentrée, il n’y en a plus pour les réseaux ECLORE. Il n’y aura, pour les réseaux ECLORE, qu’une formation commune répondant à un projet le mercredi matin. Sans projet, ce ne sera pas sur ce temps.

  • demander une plus grande reconnaissance de la VAE pour les formateurs à qui on demande de refaire trop de choses pour obtenir le CAFFA nouvellement créé pour le 2nde degré. On a, pendant des années demandé à des collègues de faire de la formation et maintenant, il y a un certain manque de reconnaissance. L’administration n’a pas l’air de croire suffisamment dans la VAE alors que la CFDT l’ a met en avant.

  • évoquer le manque de places en 2016-2017 pour se former au PSC1. L’administration répond qu’il y a moins de demandes cette année et que c’est dans toutes les formations à la direction. Il y a 2 fois plus de places en 2017-2018.

Le Sgen-CFDT constate qu’il y a des efforts fait en variété et en quantité dans la formation des collègues. A priori, les temps de formation seront plus sur le temps de travail comme pour la majorité des salariés. Plus de moyens sont alloués à la formation notamment continue par rapport à la période récente mais, si on remonte à 10-15 ans, il en manque encore.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com